Traine orageuse dans l’Eure

Traine orageuse dans l’Eure

Après une semaine plus intense en traques orageuses, un bonus s’annonce entre Calvados et Eure où quelques orages de train sont attendus, nous partons alors avec Yann du côté Lieurey dans l’ nord-ouest de l’Eure pour intercepter une cellule provenant de Caen/Lisieux progressant vers l’est.


Sur place nous voyons quelques beaux abaissements, à la limite du nuage mur, ça soulève pas mal et les grondements sont continus, cela-dit aucun éclair ne sera perceptible…


Puis nous tentons de contourner légèrement la cellule au moment où l’activité se renforce, nous voyons cette fois quelques flashs, mais vraiment pas de quoi photographier.

Nous tournons alors en rond durant de bonne minutes sous une pluies battante dans une sorte de “no man’s land”, puis nous sortons de cet orage très pluvieux (quelques débordements locaux) pour nous arrêter quelques instant afin d’observer l’arc en ciel offert avec ses gonflements convectifs.

Et nous rentrerons fièrement bredouilles dans nos coins respectifs… cela-dit le modèle COSMO prévoit encore quelques cellules dans l’ouest de l’Eure en cours de soirée, il reste un peu d’énergie.
Pendant ce temps des cellules se forment au sud d’Evreux, elles semblent bien actives, pensant alors que tout cela allait se désactiver en peu de temps.
Puis à 20h “brouuumm” un orage se forme juste à côté, cette cellule semble vouloir rejoindre la ligne active vers Evreux, je vais donc intercepter la petit cellule au cas où elle s’activerait un peu plus sur mon chemin

les lumières sont sublimes, couleurs ambrées, et même temporairement cornalines.

 

Et puis derrière moi toujours au loin ces gros gonflements du côté d’Evreux qui n’en finissent pas, je vois même les premiers flash !

Je prends donc la direction d’Evreux pris en étaux entre le petit mono cellulaire et la ligne orageuse plus à l’est avant d’arriver à la limite de la vallée de l’Eure, la zone d’Evreux s’est décalée rapidement vers le nord-est en lâchant quelques jolis coups de foudre (j’étais en voiture à ce moment comme souvent…) mais il me reste ce petit monocellulaire que j’ai surfé à l’avant

je me trouve un spot bien dégagé avec une petit église au milieux de la campagne, mais je n’ai pas le temps de me placer pour prendre un cliché église+foudre,coup de chance,  elle aura lâché les 4/5 éclairs inter-nuageux juste au dessus de moi.


Puis je termine en prenant le temps de me placer pour avoir une petit ambiance de l’église.

Je vois vers le sud-ouest une tourelle d’une cumulonimbus en formation, je l’annonce à Yann qui est dans l’Orne, puis je lui annonce qu’elle se met à flasher !
Alors je retoune vers chez moi avec une jolie pile électrique d’un gonflement retro-éclairé au loin, mais finalement une fois arrivé chez moi tout se calme, elle perdre en activité avant de reprendre légèrement, je me tâte à aller tenter une cliché “au cas où” puis un second flash assez fort me persuadera de faire les quelques kilomètres, j’arrivera finalement au pied de la cellule, juste le temps de photographier son dernier éclair avant de mourir définitivement, encore un inter-nuageux à la limite de l’intra, même si il n’y a rien d’exttranordinaire on prend toujours ce que la nature nous offre !

 

 

Traversée Normande

Traversée Normande

Lundi 12 Août
J’irais passer ma période de canicule du côté du pays Nantais pour quelques jours (merci à Isabelle pour l’accueil à la villa et à Yann pour son invitation du côté de Saint Hilaire du Riez), au programme : glander, se baigner, marcher,nager, boire un rosé ou une bière (avec modération) rencontrer et visiter un parcours Land art en forêt (Je ne remercie pas la pompe de la piscine qui n’a fait que déconner… ).
Cela se conclura par quelques orages matinaux vraiment moribonds, une amie en colloc’ m’emmènera alors dans un endroit très particulier, au terril d’Abbaretz un site lunaire d’une ancienne mine d’étain (désormais éteinte … hum), il faudra monter quelques 200 marches pour arriver en haut !

En bas des marches, “badaboum” les roulements de tonnerre sont proches, alors je me mets à courir comme un kéké dans les escaliers ce qui me fait monter les 200 marches en un temps record, autant dire qu’en haut j’étais au bord du malaise…
Je trouve mes dernières ressources pour installer l’appareil photo, tout ça pour finalement un bout d’éclair dans un environnement fort brumeux…
Juste pour le prestige et la performance sportive je partage ce trophée :

J’en oublierais de photographier l’environnement atypique de cette carrière…
Le lendemain au soir, même si les prévisions ne sont pas encore terribles, je tente de partir à la tombée de la nuit pour remonter vers le Mont Saint Michel dans l’espoir qu’un orage apparaisse, je suis conscient que j’ai 1 chance sur 1000 d’avoir une photo d’éclair fracassant la pointe de l’archange. (parfois il m’arrive à rêver des choses totalement improbables, c’est ainsi)
Arrivé au Mont Saint Michel à 1h du matin, j’aurais le plaisir de faire mes 2.5km de marche pour aller sur la passerelle et prendre deux trois photos (sans orages), l’ambiance est très douce dans la baie, voire lourde, c’est assez particulier pour ne pas dire mystique. (le prix de parking était également assez mystérieux : 14€ TTC !!!)


Je me crois relativement seul, puis je croise un Anglais perdu dans les marais qui viendra soigneusement m’éclairer l’objectif de sa lampe frontale durant de bonnes minutes, ne m’ayant pas vu, il s’excusera en m’éblouissant une dernière fois à 2mètres… et j’éblouirais à mon tour un autre photopgraphe : on m’éblouit, je l’éblouis, il m’éblouit etc…

Mardi 11 Août
Juste après le mont Saint Michel, direction le Cotentin à Carteret mon 2ème fief Normand après une courte nuit chaude, je repartirais dans le sud Manche l’après-midi suivant pour intercepter une zone orageuse grêligène partant de l’Eure pour rejoindre le Calvados et la Manche,une trajectoire orageuse est/ouest plutôt originale d’ailleurs !

Le CAPE est annoncé dans les 1800, ce n’est pas énorme mais avec un peu d’humidité + la chaleur forte annoncée cela suffira à donner de bonne cellules plutôt stationnaires.
Modele GFS - Carte prévisions

Des inondations ont lieu dans l’Eure et l’Orne sous ces cellules plutôt stationnaires commençant par de gros gonflements convections locaux, finissant en amas pluvio-orageux… la grêle viendra caillasser Yann qui s’est posté au sud de Caen, et moi je me retrouve dans le sud de la Manche là où les collines sont grandioses, décidément j’aime vraiment aller chasser dans ce coin !

C’est à ce moment que je casse mon câble de déclenchement automatique, ô monde cruel, adieu les photos d’éclairs, bonjour la misère du mode rafales…

Je réparerais le câble le lendemain matin en bricolant une soudure sur ma télécommande de déclenchement, sans prétentions, j’ai un air de “Mc Gyver” qui chantonne dans ma tête…

Mais revenons à nos moutons…

Pour le moment ma cellule n’est toujours pas réparée, Il faudra reprendre les bons vieux automatismes à l’ancienne et photographier avec le mode rafales, c’est vachement pas pratique, ça fait faire plein de photos pour rien, et surtout ça fait rater plein de clichés d’éclairs  !

Direction le bocage sud Manche à l’est de Villedieu les Poèles

L’orage semble bien électrique, j’essaie de me placer devant sa progression, le temps de trouver un bon spot d’observation, je me retrouve ici au pied des éoliennes .

avant d’arriver sur le lieu il y avait de beaux impacts de foudre, et comme souvent le temps de m’installer plus grand chose à se mettre sous la dent malgré une ambiance très prometteuse avec de très belles lumières offertes par la fin de journée.


J’arriverais néanmoins à photographier un impact. (tout en ayant loupé un joli ramifié à cause du manque de moyen technique…)

Et puis je repars direction le sud-ouest de la Manche, les lumières sont très belles, il y a quelques beaux éclairs sur ma route, mais bien entendu c’est toujours lorsque j’arrive à trouver un endroit pour m’arrêter que tout s’arrête là haut aussi.

Il faut imaginer sur ce cliché un éclair partant du nuage à droite, une photographie qui aurait été vraiment esthétique, mais non, plus rien au moment de m’arrêter…
Alors je me contenterais de prendre quelques ambiances. (notez le détail au fond…)

Quelques photos plus tard j’arriverais à Avranches, avec une vue rapide sur le Mont Saint Michel en espérant que cette fois les orages arriveront à passer la baie, mais que nenni, tout se désactivera avant, rien ne m’incitera à me poster pour prendre en photo le Mont avec une belle ambiance vespérale malheureusement…après un joli pic d’activité à l’ouest de Vire, la zone orageuse se délitera comme neige au soleil en très peu de temps. (merci le vent d’ouest de la baie du mont Saint Michel !)

alors je repartirais en soirée pour aller me reposer un peu à Carteret car le lendemain une autre dégradation orageuse est prévue, peut-être le dernier vrai épisode d’ailleurs…

Mercredi 12 Août
Un petit point sur la situation météo du jour, il semblerait que cela soit propice à l’Arcus entre Manche et Calvados,cela est prévu balayer la région du sud-ouest au nord-est, ça tombe bien, je vais en profiter pour rentrer chez moi !
Petit point sur la simulation d’Arôme qui s’avérera plutôt juste

Le CAPE n’est toujours pas extraordinaire (comme très souvent cette année) mais le dynamisme suffira à former de belles structures bien mobiles cette fois-ci, un bel arcus en vue ?
Modele GFS - Carte prévisions

Le scénario est parfait géographiquement parlant, je partirais de Carteret en début d’après-midi sous un ciel légèrement instable, mais je comprends assez rapidement que tout se passera entre l’Orne et la Calvados, cela s’active vers Flers puis dans tout le sud de l’Orne, une fois passé Bayeux, Yann qui est toujours posté au sud de Caen me fait part d’un nuage mur que j’apercevrais quelques minutes plus tard sur l’autoroute entre Isigny et Bayeux.

La cellule remonte du sud, j’avance le plus possible en direction de Caen pour bien me placer et je me posterais à Nonant pour capturer cette amorce supercellulaire.

Je ne surveille plus ce qui se passe derrière moi, pourtant quelque chose de plus massif est en train de mijoter, un énorme Arcus est en train de se rattacher à cette petite supercellule, je repars direction Caen et je commence à voir au loin la découpe de l’Arcus, je tente alors d’aller le plus à l’ouest possible car j’estime que c’est à l’ouest de la région Caennaise qu’il y aura le plus fort potentiel, après avoir tergiversé sur le dilemme bien connu du périph nord ou périph sud je choisi le nord pour avoir plus de marge, le pont me permettra d’avoir une belle petite vue sur la bête.
Puis une fois passé Mondeville les choses sérieuses commencent, ça circule pas mal à cette heure mais j’arriverais à me dépêcher pour me poster dans la plaine de Caen.

L’ambiance est dantesque, d’énormes nuages de poussière sont soulevés au loin sous l’Arcus, le vent se met à souffler très fort, j’ai même du mal à tenir parfois.
Puis le Graal, un panorama de l’arcus pour immortaliser cet instant, les abaissements à l’avant sont impressionnants, les contrastes saisissants.
Un choix s’impose : partir ou rester ?

Je choisi de partir mais après-coup j’aurais dû rester histoire de tout vivre au même endroit… moralité : le prochain Arcus que je croise, je ne bouge plus !
Je pars donc en direction nord pour devancer l’arcus qui me rattrapera assez rapidement avec vent et trombes d’eau, sans oublier un énorme coup de canon proche de moi à un moment donné, je croise des cyclistes, des coureurs, des marcheurs qui ont du passer un très joli quart d’heure ! (le cycliste partait dans la plaine Caennaise… no comment !)
Finalement même si des rafales à plus de 100km/h ont localement été enregistrées, ainsi que quelques inondations vers la gare de Caen notamment, généralement les dégâts sont restés limités en comparaison de la structure très massive de cet orage, tant mieux !
Direction Lisieux :


J’aurais beaucoup de mal à photographier la foudre, surtout qu’en arrivant sur le pays d’Auge les spots sont très limités, je verrais des beaux impacts impossibles à photographier dans ces conditions, alors voici un arrêt sur vidéo avec vue sur Lisieux depuis la déviation, il faut deviner la Basilique à gauche (ouais la qualité est vraiment très médiocre…)

c’est du côté de Bernay dans l’Eure que j’arriverais à prendre 2 ou 3 éclairs à l’arrière, dont un potable.


Puis tout cela s’évacuera rapidement vers le nord de la Seine Maritime…

Le lendemain après une bonne nuit de sommeil réparateur chez moi dans l’Eure, j’aurais la surprise de chasser une cellule orageuse très esthétique avec des points de condensations très bas, c’était visuellement impressionnant du côté de la Neuve Lyre !

 

Je tenterais à nouveau de devancer cet arcus en gestation pour arriver à Orbec, encore une fois les points de vue par là bas sont quasiment absents, j’aurais dû m’en douter par rapport à la veille…

de toutes façons l’orage n’ira pas bien loin, l’énergie disponible est limitée, il est temps de rentrer et de conclure cette belle séquence intensive de 3 jours orageux entre Manche et Eure.
Ca change du mois de Juillet qui a été exceptionnellement peu orageux !

Premiers orages de 2020

Premiers orages de 2020

Alors que le confinement du Coronavirus bât son plein, les orages commencent à se manifester sur la Normandie, il est prévu 2 jours orageux avec des températures bien au dessus des normales de saison, comme il est coutume d’observer depuis de longs mois d’ailleurs…
Commençons par le Jeudi 17 Avril, une première zone orageuse débarque sur l’Orne sans pour autant observer une activité orageuse dantesque, cela reste très désorganisé et peu électrique, Yann est alors sur-place mais l’ambiance reste assez molle…

Finalement la zone orageuse se renforce sur le Perche, l’activité foudre est déja plus intéressante même si on remarquera qu’elle se fait principalement à l’arrière de l’orage, je vois se dessiner un semblant d’arcus à l’avant, bien mollasson car les forçages ne sont pas très présents.

Aucun coup de foudre dans mon boitier, tout se fait derrière le rideau de pluie, comme nous pouvons le voir sur le radar ci-dessous.

Je me retrouve alors au plus fort de l’orage avec des intensités intéressante sur le radar, un coup de foudre positif tombera sur le supermarché à côté de chez moi, malheureusement je n’ai pas réussi à le photographier…

L’orage s’évacue rapidement et s’affaiblit également mais je profiterais de belles lumières du soir qu’offre la cellule désormais du côté d’Evreux.



Rapidement une autre zone orageuse concerne l’ouest sur une bande Argentan/Caen

Il fait encore lourd, le vent est quasiment nul et de la brume de forme au sol.

La nuit tombe et surprise, un flash juste au dessus de ma tête, je suis à pied à 1km de mon domicile il me faut revenir rapidement au risque de me faire laver par un orage naissant.

Pendant ce temps l’autre zone orageuse d’Argentan s’affaisse et alimente de nouveau orages plus à l’est entre Verneuil et Evreux.

Il m’est très difficile de prendre de beaux clichés orageux, les éclairs peinent à sortir des nuages, il s’agit principalement d’intras-nuageux.
Cela-dit 4 orages défileront tout le long de la nuit dans un ambiance anormalement lourde pour la saison, il doit faire entre 15 et 16° vers 1h du matin, soit des températures estivales en Juillet !
Les clichés sont malheureusement râtés, avec un gros problème de ùmise au point avec mon nouvel objectif sigma art 35mm

Le lendemain d’autres orages éclatent, ils sont d’avantage sur l’Eure et prennent parfois un caractère modéré du côté d’Evreux, j’observerais alors 2 cellules
La première plutôt soft, je suis dans la zone d’alimentation de l’orage, c’est toujours intéressant d’observer de jolies mousses convectives !

La cellule est alors très électrique, les grondements sont continus mais aucun impact ne sort de cet orage

Je manquerais quelques impacts positifs à l’arrière, la cellule de déclenchement étant HS, décidément, la chance n’est pas de mon coté pour ce début de saison.
Puis en fin d’après-midi les restant d’énergie donnent quelques poussées qui n’iront jamais jusqu’à l’orage, c’est alors la fin d’un bel épisode orageux pour une fin Avril !

 

 

 

Episode hivernal sur l’Iton

Episode hivernal sur l’Iton

En ce début 2018 la neige est de retour sur la région après plusieurs hivers peu neigeux.

Les quantités sont parfois importantes dans l’Eure et Loir au nord de la Beauce, l’accès devient même très compliqué avec l’apparition de congères vers Chateauneuf Thymerais

La route devient «mauvaise » et plutôt que de me retrouver coincé je préfère rebrousser chemin, je constate que quelques véhicules ont été abandonnés, ce qui m’incite un peu plus à se pas m’éterniser.

De retour du côté de l’Iton la neige est également présente avec plusieurs jours de neige au sol et des températures qui auront du mal à dégeler les sols

Neige à Breteuil
Forêt de Bourth
La rivière sous-terraine « Le Lesme » en crue et gèlée
Etang du jardin public de Breteuil sur Iton
Episode orageux sur l’Iton

Episode orageux sur l’Iton

Chaque orage présente ses propres spécificités, celui-ci aura pour thématique “les crawler” ces éclairs rampants sous les nuages particulièrement esthétiques à photographier.
Je suis chez JD à Neaufles Auvergny ce soir là et Jean est également de la partie, les orages remontent depuis l’Orne et nous pouvons déjà les observer depuis la terrasse avec un premier impact positif à quelques kilomètres.

Le radar foudre est bien actif avec une ligne très distincte, le flux est rapide et la zone orageuse arrive à toute vitesse, nous sommes alors parfaitement dans l’axe.

Nous ne savons pas vraiment où nous positionner, la pluie arrive rapidement on part vers l’est entre Breteuil et Conches, les éclairs sont nombreux et puissants sur la route, mais il nous faut d’abord passer l’épaisse forêt de Breteuil avant d’atteindre un spot dégagé, ce qui sera chose faite en 20 minutes.
Petit pointe sur le radar foudre pendant ce temps (chose que nous n’avons pas fait sur place puisque nous avions notre nez sur les appareils et le spectacle)

Le soleil n’est pas encore vraiment couché ce qui donne des teintes assez particulières (le coucher de soleil est dans notre dos) 

Puis l’activité orageuse faiblit, les orages s’éloignent vers les Yvelines

 

 

Puis nous tentons de suivre la zone orageuse se scinde en deux, un partie vers le nord-ouest de la région Parisienne et l’autre vers la Beauce


Nous finirons cette belle soirée vers Tillières sur Avre dans l’extrême sud de l’Eure pour voir partir les derniers orages de la Beauce.

 

 

 

 

 

 

 

 

Clap de fin pour 2014

Clap de fin pour 2014

Cette saison 2014 aura été vraiment favorable de bout en bout après le fameux Juillet 2013 et ses intensités électriques exceptionnelles.
L’énergie dispo est honorable pour une fin Septembre

C’est avec Vincent que j’irais  en direction de la vallée de la Risle, entre Rugles et l’Aigle pour intercepter une puissante cellule orageuse qui remonte depuis le Mans. 
Une fois sur place avec un spot bien dégagé avec vue sur l’Aigle les orages sont encore lointains mais l’activité électrique très généreuse, probablement une amorce de Supercellule, la grande inconnue reste alors  de savoir dans quel état l’orage arrivera jusqu’à nous étant donné qu’il lui reste bien 100km à parcourir !

 

On se rend compte que la cellule perd en énergie, une zone pluvieuse qui s’étale n’est jamais bon signe…

ET au bout d’une bonne heure la voici, la voila avec un arcus plutôt esthétique à l’avant montrant justement que la cellule s’étale (un peu trop…)

Et finalement l’orage commencera à se disloquer sur nous, cela-dit nous aurons encore quelques éclairs parfois assez proches, mais  nous n’aurons même pas essuyés une seule goutte d’œil, la zone pluvieuse nous rasant à environ 5km, et çà, c’est plutôt sympa !

Mais finalement les jours suivants seront également orageux, dès le lendemain une autre cellule lâchera quelques ramifiés vers Conches en Ouche, je n’aurais pas le temps d’aller l’intercepter et resterais à une distance d’environ 20km.


Et le lendemain rebelote, cette fois-ci ca sera la dernière salve de 2014 avec l’arrivée d’une ligne orageuse en perte de puissante, suivi d’air frais signant la fin de cette superbe saison…
 c’est allongé dans le coffre de ma voiture que j’arriverais à prendre le tout dernier éclair du côté de Damville.