Orages d’air frais dans le Perche

Orages d’air frais dans le Perche

C’est la fin Août, on s’approche de l’automne et après une première moitié de mois chaude, le flux bascule au nord-ouest avec une situation d’averses fraiches arrivant sur des sols encore doux, la veille du petit risque orageux l’ambiance du soir est plutôt colorée à l’approche d’un tout petit front froid.



Le Lendemain (25 Août)
Je suis conscient que les orages d’air frais ne sont pas les plus puissants, cela-dit, ils sont parfois vecteurs de coups de foudres positifs parfois assez puissants alors que les orages de chaleurs sont plus souvent porteurs d’activité électrique intra-nuageuse (du type pile électrique) sans impacts au sol…
Il m’arrive souvent de chasser un orage très électrique après une journée chaude sans parvenir à photographier à voir le moindre coup de foudre sortir du nuage !

Sur les radars Simens je vois beaucoup de positifs sous les averses, peut-être le signe qu’il y a des impacts au sols.
Le problème c’est que ces averses sont pas assez d’énergie pour progresser sur de grandes distances, il faudra donc être réactif, je pars en direction du Perche Ornais (vers Irai et Tourouvre) pour intercepter les premières averses, même si il me tombe des trombes d’eau sur le capot, l’activité électrique restera plate, les impacts de foudre se faisant principalement du côté d’Argentan plus à l’ouest.
Je décide de suivre la zone convective et arrivé du côté de la Ferté Vidame je constate un début d’activité électrique au radar sur l’une des averses, de visu elle semble bien formée avec une belle bande à l’avant, après avoir traversé la grand forêt de la Ferté, j’arrive du côté de Fontaine-Simon à l’ouest de Senonches pour tenter de photographier un peu d’électricité, mais finalement cela restera trop faible, les éclairs sont noyés dans les précipitations, je suis peut-être du mauvais coté ….

 

et là derrière mois je vois une autre averses, le ciel est noir d’encre et le tonnerre gronde, alors j’abandonne le première orage pour rejoindre un second à 2/3km plus loin, il me faudra peu de temps pour constater qu’elle lâche des impacts de foudre positifs, deux tomberont en face de moi alors que je cherchais un point de vue, et finalement j’arriverais rapidement à m’arrêter au bord d’un champ où les cultivateurs labourent à fond, je ne prend pas le temps d’installer mon trépied , pas de temps à perdre, je décide de photographier à main levée :

Alors que je pensais que tout était déja terminé (et oui, un orage d’air froid, ça dure pas longtemps…) ‘arriverais à prendre deux autres impacts en air sec dont un avec plusieurs impulsions, j’ai superposé 2 clichés permettant de voir le léger espacement entre les impulsions.

50Kampères d’après les radars.

Une petit chasse fructueuse, peut-être même plus qu’en situation d’air chaud, comme quoi…

 

 

Arcus en Octobre

Arcus en Octobre

Qui l’eut crû ?
Les indices sont instables en ce mois d’octobre 2019, des averses orageuses remontent depuis la Sarthe et je rejoins Yann sur un spot vers Echauffour où une ligne orageuse arrive rapidement.

Mais c’est trop rapide et je n’aurais pas le temps de me poser sur le spot que Yann avait déjà occupé qu’il nous fallait déjà repartir direction l’Aigle pour échapper à l’eau.
Arrivés sur notre spot habituel tout semblait se calmer, les radars ne s’affolent plus et nous attendons assez confiants l’arrivée de la ligne orageuse, on sent bien qu’il va se passer quelque chose…

Et en effet quelques minutes plus tard un orage se forme droit devant nous meme si nous étions loin d’imaginer un Arcus de cette ampleur !

Un cas d’école… sauf qu’en cette saison les Arcus de ce type sont loin d’être légion surtout en Normandie, c’est le moment d’en profiter pour faire quelques beau panorama avant de se faire avaler par le front de rafales.

Sur le pointage radar on observe clairement le décalage vers le nord-est de la ligne avec une légère réactivation et surtout un bel assèchement à l’avant favorable au bel arcus que nous observons.

l’Arcus est désormais très proche, il va bientôt falloir décamper de la zone.

Beaucoup d’eau, de la grêle et de fortes rafales ont émaillé cet Arcus, nous traversons l’Aigle à ce moment et nous voyons les enfants revenir à pied de l’école, autant dire qu’ils ont du le sentir passer !

Puis en rentrant chez moi je constate quelques dégâts avec arbres cassés et toitures endommagées , probablement une rafale très localisée…

La distance entre les arbres et cette branche en dit bien long sur la force des vents…

Nous voyons clairement sur le radar foudre que nous étions dans la trajectoire de l’arcus qui s’est formé un peu plus au sud de notre position et s’est décalé jusqu’à Rouen, en atteste l’actvité électrique.
https://www.meteociel.fr/obs/foudre/archives/14-10-2019/18-00_no.gif