Clap de fin pour 2014

Clap de fin pour 2014

Cette saison 2014 aura été vraiment favorable de bout en bout après le fameux Juillet 2013 et ses intensités électriques exceptionnelles.
L’énergie dispo est honorable pour une fin Septembre

C’est avec Vincent que j’irais  en direction de la vallée de la Risle, entre Rugles et l’Aigle pour intercepter une puissante cellule orageuse qui remonte depuis le Mans. 
Une fois sur place avec un spot bien dégagé avec vue sur l’Aigle les orages sont encore lointains mais l’activité électrique très généreuse, probablement une amorce de Supercellule, la grande inconnue reste alors  de savoir dans quel état l’orage arrivera jusqu’à nous étant donné qu’il lui reste bien 100km à parcourir !

 

On se rend compte que la cellule perd en énergie, une zone pluvieuse qui s’étale n’est jamais bon signe…

ET au bout d’une bonne heure la voici, la voila avec un arcus plutôt esthétique à l’avant montrant justement que la cellule s’étale (un peu trop…)

Et finalement l’orage commencera à se disloquer sur nous, cela-dit nous aurons encore quelques éclairs parfois assez proches, mais  nous n’aurons même pas essuyés une seule goutte d’œil, la zone pluvieuse nous rasant à environ 5km, et çà, c’est plutôt sympa !

Mais finalement les jours suivants seront également orageux, dès le lendemain une autre cellule lâchera quelques ramifiés vers Conches en Ouche, je n’aurais pas le temps d’aller l’intercepter et resterais à une distance d’environ 20km.


Et le lendemain rebelote, cette fois-ci ca sera la dernière salve de 2014 avec l’arrivée d’une ligne orageuse en perte de puissante, suivi d’air frais signant la fin de cette superbe saison…
 c’est allongé dans le coffre de ma voiture que j’arriverais à prendre le tout dernier éclair du côté de Damville.

 

 

Outbreak du 8 Juin 2014 en Beauce

Outbreak du 8 Juin 2014 en Beauce

Probablement l’un des plus gros outbreak orageux de la décennie avec plusieurs supercellules (à priori 3) circulant entre le sud de l’Eure et la Beauce.
Je guette les premières explosions car le CAPE est élevé (énergie disponible)
Modele GFS - Carte prévisions

C’est l’une des plus belles situations orageuses que l’on puisse avoir dans le coin, Kéraunos nous place en niveau 3/4 (le lendemain 4/4)
Durant l’après-midi quelques cellules commencent à se former, mais pour le moment cela reste très raisonnable, on sent tout de même le potentiel convectif avec un flux bien présent.

Les festivités commencent en toute fin d’après midi avec la formation d’une première supercellule devant chez moi à la Guéroulde, je suis malheureusement au nord de la cellule dans la queue de précipitations du cumulonimbus.

La cellule sort clairement du flux, c’est ce qui caractérise les supercellules, elle va d’ouest en est dans un flux de sud-ouest.
On aperçoit au fond la formation de la jupe caractéristique des supercellules

Le tonnerre gronde en quasi-continu avec de bons coups de canon parfois mais tous les éclairs resteront noyés dans la masse pluvieuse très dense.
Quelques minutes plus tard l’arcus devient plus visible avec de jolies griffes signe que les ascendances sont particulièrement puissantes.

A son passage le point de condensation semble très bas, on devine un mouvement rotatif et même un début de tuba/tornade, on sent la que la situation est très tendue mais cela marquera paradoxalement la mort de cette amorce, c’est plus au sud que les affaires reprennent plus au sud vers le Perche.

On décide de tracer vers l’est vers la plaine de Saint-André, et ce ne fût pas un choix très judicieux puisque la supercellule filera vite plein est, direction les plaines Drouaises.
Arrivés sur place l’ambiance prend des teintes très particulières, couleurs sépia.

Le soleil se couche et pendant ce temps de l’autre côté de la zone, une Arcus monumental traverse le nord de la Beauce…

Voici l’un des nombreux clichés que l’on peut retrouver sur le net, celui-ci de météo78 sur Infoclimat

reportage complet ici


Ici l’ambiance est à l’aspératus, c’est probablement, les restes de cette supercellule qui désormais va rapidement concerner les Yvelines.

Avec une vitesse moyenne estimée de 60km/h il aurait été très difficile de se repositionner à l’avant…
On avance tout de même en direction de la Beauce car la fête n’est pas terminée…
Sur la route nous observons s’éloigner le sommet de cette magnifique supercellule .

Arrivés dans l’Eure et Loir tout s’enchaine à nouveau très vite et nous n’arriverons  à nous positionner à l’avant d’une autre supercellule, le temps de traverser la queue nord de cette autre SC (zone pluvieuse mais peu intéressante) nous l’observerons s’éloigner dans la Beauce du côté de Chateauneuf Thymerais

Uns séquence bien furtive mais appréciable même si il me reste un goût amer de chasse ratée…  

Sur le radar on peut observer un ultime split d’une petite cellule mais cela n’ira pas plus loin…

Sur notre retour nous observons de loin la supercellule qui aborde les Yvelines, la structure est saisissante !

Orage exceptionnel sur l’Iton

Orage exceptionnel sur l’Iton

Ce 22 Juillet 2013 restera pour moi la plus belle observation orageuse en terme d’électricité.
Les indices orageux sont très bons avec un CAPE déja élevé dès le matin

Rapidement les premières cellules naissent à l’ouest de l’Eure

Puis cela devient de plus en plus turbulent en fin de journée

Le soir nous partons avec JD pour rencontrer une zone orageuse multicellulaire située au nord de l’Eure et Loir, quelques éclairs de type crawlers zèbrent le ciel, l’ambiance est très agréable et nous prenons tranquillement nos clichés durant 2h en attendant que la zone orageuse remonte jusqu’à notre position.

 

Mais 2h plus tard alors que la zone pluvieuse aborde notre position, toute l’activité électrique s’effondre et avec l’arrivée de la pluie, nous devons rebrousser chemin afin de rentrer chez-nous à Breteuil, mais c’est au moment où j’arrive chez moi qu’un éclair très puissant tomba en direction d’Evreux, pour comprendre il faut regarder le radar, toute la zone pluvio-orageuse est aspirée par cette zone de subsistance, toute l’énergie y est concentrée.
L’orage se développait très rapidement avec de nombreux éclairs très puissants, arrivé sur place c’était un spectacle grandiose et il m’était difficile de garde le calme nécessaire au réglage du matériel tant l’activité électrique était intense, c’est un mélange d’adrénaline et de concentration surtout que certains impacts pouvaient tomber à 5km de ma position.

Pendant que je m’installe seul au milieux des champs c’est une vraie discothèque avec des impacts au sol en continu, le temps de bien faire ma mise en point j’ai foiré quelques précieux clichés qui auraient mérité une meilleure clarté…

Par miracle il ne pleut pas, sur le radar je suis placé au bon endroit pour rester au sec, c’est vraiment l’idéal surtout que cette zone je la connait bien, elle permet d’observer très loin !
Le radar foudre n’est pas très impressionnant, pour autant la majorité des impacts se font au sol et l’orage restera très stationnaire durant environ 40 minutes, c’est ce qui fera la particularité de cet épisode visuellement exceptionnel.

Je n’avais jamais autant goûté ce genre d’expérience, c’est presque irréel pour ce secteur et probablement que ce genre d’orage ne s’était pas produit depuis de nombreuses années.
Je profite de 20 minutes les plus spectaculaires de ma vie d’observateur avec pas moins de 110 impacts de foudre comptabilisés sur mes photos, à ce moment là je suis au téléphone avec un ami chasseur d’orage vers le Neubourg au nord du même orage, nous observons ensemble et en direct un power flash électrique synonyme qu’un éclair est tombé sur l’une des lignes du réseau EDF.

On apprendra que de nombreux habitants sont privés en électricité même si en comparaison de la puissance du phénomène, les dégâts étaient restés limités, probablement grâce à la faible densité de population sur cette zone.

Dans le feu de l’action, je me suis essayé à l’autoportrait dans le champ du blé, en ressortira ce cliché d’une pose de 15 secondes.