Premiers orages de 2020

Premiers orages de 2020

Alors que le confinement du Coronavirus bât son plein, les orages commencent à se manifester sur la Normandie, il est prévu 2 jours orageux avec des températures bien au dessus des normales de saison, comme il est coutume d’observer depuis de longs mois d’ailleurs…
Commençons par le Jeudi 17 Avril, une première zone orageuse débarque sur l’Orne sans pour autant observer une activité orageuse dantesque, cela reste très désorganisé et peu électrique, Yann est alors sur-place mais l’ambiance reste assez molle…

Finalement la zone orageuse se renforce sur le Perche, l’activité foudre est déja plus intéressante même si on remarquera qu’elle se fait principalement à l’arrière de l’orage, je vois se dessiner un semblant d’arcus à l’avant, bien mollasson car les forçages ne sont pas très présents.

Aucun coup de foudre dans mon boitier, tout se fait derrière le rideau de pluie, comme nous pouvons le voir sur le radar ci-dessous.

Je me retrouve alors au plus fort de l’orage avec des intensités intéressante sur le radar, un coup de foudre positif tombera sur le supermarché à côté de chez moi, malheureusement je n’ai pas réussi à le photographier…

L’orage s’évacue rapidement et s’affaiblit également mais je profiterais de belles lumières du soir qu’offre la cellule désormais du côté d’Evreux.



Rapidement une autre zone orageuse concerne l’ouest sur une bande Argentan/Caen

Il fait encore lourd, le vent est quasiment nul et de la brume de forme au sol.

La nuit tombe et surprise, un flash juste au dessus de ma tête, je suis à pied à 1km de mon domicile il me faut revenir rapidement au risque de me faire laver par un orage naissant.

Pendant ce temps l’autre zone orageuse d’Argentan s’affaisse et alimente de nouveau orages plus à l’est entre Verneuil et Evreux.

Il m’est très difficile de prendre de beaux clichés orageux, les éclairs peinent à sortir des nuages, il s’agit principalement d’intras-nuageux.
Cela-dit 4 orages défileront tout le long de la nuit dans un ambiance anormalement lourde pour la saison, il doit faire entre 15 et 16° vers 1h du matin, soit des températures estivales en Juillet !
Les clichés sont malheureusement râtés, avec un gros problème de ùmise au point avec mon nouvel objectif sigma art 35mm

Le lendemain d’autres orages éclatent, ils sont d’avantage sur l’Eure et prennent parfois un caractère modéré du côté d’Evreux, j’observerais alors 2 cellules
La première plutôt soft, je suis dans la zone d’alimentation de l’orage, c’est toujours intéressant d’observer de jolies mousses convectives !

La cellule est alors très électrique, les grondements sont continus mais aucun impact ne sort de cet orage

Je manquerais quelques impacts positifs à l’arrière, la cellule de déclenchement étant HS, décidément, la chance n’est pas de mon coté pour ce début de saison.
Puis en fin d’après-midi les restant d’énergie donnent quelques poussées qui n’iront jamais jusqu’à l’orage, c’est alors la fin d’un bel épisode orageux pour une fin Avril !

 

 

 

Pic de chaleur

Pic de chaleur

Ce qui devait arriver d’ici 50 ans arriva plus tôt que prévu, les températures ont avoisiné 40 degrés à l’ombre avec l’apparition de nombreux feux de chaume parfois très importants emportant même quelques parcelles de forêt.

Chez moi c’est l’usine qui n’a pas supporté cette chaleur avec un incendie qui s’est déclaré par la combinaison du confinement et de l’air chaud.

Avec Yann nous partons en direction de Brezoles, j’ai un mal de tête bien présent par cette chaleur et nous avons bien du mal à rattraper une faible zone orageuse qui peine à résister aux fortes chaleurs, trop d’air sec dans l’air…

Cela dit nous observons une structure atypique avec un joli rideau de pluie très localisé, c’est tout juste si l’eau parvient à toucher le sol par cette sécheresse !

Averse du côté de Brezoles près de l’Eure et Loir

Puis finalement plus rien… tout s’est désagrégé, nous rebroussons chemin mais sur la route je remarque que l’atmosphère s’instabilise vers Verneuil-sur-Avre, alors j’appelle Yann qui me suit pour lui signaler qu’il faudrait peut être s’arrêter…

 

Instabilité près de Verneuil

Puis nous prenons la direction de Francheville pour se poser sur un spot très dégagé afin de photographier un petit orage au coucher du soleil

Les Orages s’évacuent vers Evreux Puis Rouen
Crues orageuses sur l’Iton

Crues orageuses sur l’Iton

Après de nombreux orages durant le mois de Mai et des cumuls pluvieux conséquents provoquant déjà quelques inondations, cette journée de début Juin promet de beaux indices orageux sur les prévisions, pourtant le ciel reste gris, peu orageux et pas spécialement très chaud.

 

Quelques averses remontent depuis l’Eure et Loir et à la vue des cartes météo d’indices (instabilité cape) la situation pourrait rapidement devenir instable avec des orages particulièrement stationnaires et pluvieux comme pour ces derniers jours où des inondations se sont déja produites dans l’Orne et l’Eure.
Le modèle Arôme modélise encore des cumuls assez conséquents avec jusqu’à 80mm vers l’Aigle.

 

Les valeurs d’instabilité sont intéressantes sans pour autant atteindre des seuils exceptionnels avec un CAPE prévu aux alentours de 1500.
Modele GFS - Carte prévisions

 

Je prends la route vers Verneuil sous un ciel brumeux toujours peu orageux, mais sur le radar j’observe pourtant la naissance d’une cellule près de ma position en plein coeur d’une tartine de nuages stratiformes..

captuire vidéo des Inondations vers Piseux

Il y a du courant et je ne peux m’aventurer plus loin, alors j’appelle et prévient Yann qui est sur place à l’Aigle pour lui signaler que l’orage qui arrive sur sa position semble puissant, il observera d’ailleurs la foudre tomber devant ses yeux sur les antennes du Château d’Eau pendant notre échange.

Je poursuis ma route (prudemment cette fois) vers l’Aigle en observant des champs transformés en véritables lac après le passage e cette cellule très pluvieuse, puis une fois arrivé à l’aigle pour rejoindre Yann, nous observons la naissance d’autres orages du côté de Conches et Bernay mais nous n’aurons malheureusement pas le temps de pouvoir les rattraper alors nous misons sur un spot en hauteur, une vue que Yann connaît pluetôt bien direction Rai pour une vision panoramique de Verneuil à Gacé, de nouveaux orages éclatent et s’enchaînent…

L’ambiance est très instable on observe même quelques mouvements ascendants tourbillonnants en direction de l’Aigle.

Les orages se réalimentent sans interruption de Verneuil à Conches et je décide de reprendre la route pour m’en approcher, une fois arrivé au niveau de mon domicile à Bourth je constate la forte activité électrique et décide de continuer mon chemin vers Breteuil pour finalement me faire arrêter à Francheville par de très fortes pluies, j’en profite pour reprendre un peu de recul afin d’être au sec entre Bourth et Francheville et capturer dans la foulée ces clichés éclectriques.

Sur le radar la ligne orageuse se réalimente pendant plusieurs heures sur Breteuil avec des intensités exceptionnelles.

Les éclairs étaient particulièrement difficiles à photographier dans cette masse pluvieuse, mais je ne me doutais pas encore qu’à quelques kilomètres une catastrophe était en train de se produire, il est tombé jusqu’à 110mm à bémécourt et 100mm à Breteuil sur Iton

Le lendemain toutes les chaînes d’infos sont en direct, le constat est amer pour un territoire qui n’est absolument pas habitué aux inondations.

(crédit vue aérienne eye-Eure production)

J’apprendrais également que ma mère s’est faite emportée avec sa voiture, heureusement elle s’en sortira vivante (pas la voiture)
Il suffit de voir la heuteur d’eau sur le grillage à gauche pour se rendre compte de la situation.

Sur les stations amateurs du secteur voici quelques données:
66,7 mm à Groisey-sur-Risle (27)
68,8 mm à Menneval (27)
69,2 mm à Sébécourt (27)
69,7 mm à La-Barre-en-Ouche (27)
70,4 mm aux Bottereaux (27)
72,2 mm à Serazereux (28)
81,3 mm à La Neuve-Lyre (27)
88,0 mm au Fidelaire (27)
91,6 mm à Tremblay-les-Villages (28)
95,6 mm à Ferrières-Saint-Hilaire (27)
114,0 mm à Garnay (28)
135,2 mm à Le Boullay-Mivoye (28)

 

Episode orageux sur l’Iton

Episode orageux sur l’Iton

Chaque orage présente ses propres spécificités, celui-ci aura pour thématique “les crawler” ces éclairs rampants sous les nuages particulièrement esthétiques à photographier.
Je suis chez JD à Neaufles Auvergny ce soir là et Jean est également de la partie, les orages remontent depuis l’Orne et nous pouvons déjà les observer depuis la terrasse avec un premier impact positif à quelques kilomètres.

Le radar foudre est bien actif avec une ligne très distincte, le flux est rapide et la zone orageuse arrive à toute vitesse, nous sommes alors parfaitement dans l’axe.

Nous ne savons pas vraiment où nous positionner, la pluie arrive rapidement on part vers l’est entre Breteuil et Conches, les éclairs sont nombreux et puissants sur la route, mais il nous faut d’abord passer l’épaisse forêt de Breteuil avant d’atteindre un spot dégagé, ce qui sera chose faite en 20 minutes.
Petit pointe sur le radar foudre pendant ce temps (chose que nous n’avons pas fait sur place puisque nous avions notre nez sur les appareils et le spectacle)

Le soleil n’est pas encore vraiment couché ce qui donne des teintes assez particulières (le coucher de soleil est dans notre dos) 

Puis l’activité orageuse faiblit, les orages s’éloignent vers les Yvelines

 

 

Puis nous tentons de suivre la zone orageuse se scinde en deux, un partie vers le nord-ouest de la région Parisienne et l’autre vers la Beauce


Nous finirons cette belle soirée vers Tillières sur Avre dans l’extrême sud de l’Eure pour voir partir les derniers orages de la Beauce.

 

 

 

 

 

 

 

 

Clap de fin pour 2014

Clap de fin pour 2014

Cette saison 2014 aura été vraiment favorable de bout en bout après le fameux Juillet 2013 et ses intensités électriques exceptionnelles.
L’énergie dispo est honorable pour une fin Septembre

C’est avec Vincent que j’irais  en direction de la vallée de la Risle, entre Rugles et l’Aigle pour intercepter une puissante cellule orageuse qui remonte depuis le Mans. 
Une fois sur place avec un spot bien dégagé avec vue sur l’Aigle les orages sont encore lointains mais l’activité électrique très généreuse, probablement une amorce de Supercellule, la grande inconnue reste alors  de savoir dans quel état l’orage arrivera jusqu’à nous étant donné qu’il lui reste bien 100km à parcourir !

 

On se rend compte que la cellule perd en énergie, une zone pluvieuse qui s’étale n’est jamais bon signe…

ET au bout d’une bonne heure la voici, la voila avec un arcus plutôt esthétique à l’avant montrant justement que la cellule s’étale (un peu trop…)

Et finalement l’orage commencera à se disloquer sur nous, cela-dit nous aurons encore quelques éclairs parfois assez proches, mais  nous n’aurons même pas essuyés une seule goutte d’œil, la zone pluvieuse nous rasant à environ 5km, et çà, c’est plutôt sympa !

Mais finalement les jours suivants seront également orageux, dès le lendemain une autre cellule lâchera quelques ramifiés vers Conches en Ouche, je n’aurais pas le temps d’aller l’intercepter et resterais à une distance d’environ 20km.


Et le lendemain rebelote, cette fois-ci ca sera la dernière salve de 2014 avec l’arrivée d’une ligne orageuse en perte de puissante, suivi d’air frais signant la fin de cette superbe saison…
 c’est allongé dans le coffre de ma voiture que j’arriverais à prendre le tout dernier éclair du côté de Damville.

 

 

Outbreak du 8 Juin 2014 en Beauce

Outbreak du 8 Juin 2014 en Beauce

Probablement l’un des plus gros outbreak orageux de la décennie avec plusieurs supercellules (à priori 3) circulant entre le sud de l’Eure et la Beauce.
Je guette les premières explosions car le CAPE est élevé (énergie disponible)
Modele GFS - Carte prévisions

C’est l’une des plus belles situations orageuses que l’on puisse avoir dans le coin, Kéraunos nous place en niveau 3/4 (le lendemain 4/4)
Durant l’après-midi quelques cellules commencent à se former, mais pour le moment cela reste très raisonnable, on sent tout de même le potentiel convectif avec un flux bien présent.

Les festivités commencent en toute fin d’après midi avec la formation d’une première supercellule devant chez moi à la Guéroulde, je suis malheureusement au nord de la cellule dans la queue de précipitations du cumulonimbus.

La cellule sort clairement du flux, c’est ce qui caractérise les supercellules, elle va d’ouest en est dans un flux de sud-ouest.
On aperçoit au fond la formation de la jupe caractéristique des supercellules

Le tonnerre gronde en quasi-continu avec de bons coups de canon parfois mais tous les éclairs resteront noyés dans la masse pluvieuse très dense.
Quelques minutes plus tard l’arcus devient plus visible avec de jolies griffes signe que les ascendances sont particulièrement puissantes.

A son passage le point de condensation semble très bas, on devine un mouvement rotatif et même un début de tuba/tornade, on sent la que la situation est très tendue mais cela marquera paradoxalement la mort de cette amorce, c’est plus au sud que les affaires reprennent plus au sud vers le Perche.

On décide de tracer vers l’est vers la plaine de Saint-André, et ce ne fût pas un choix très judicieux puisque la supercellule filera vite plein est, direction les plaines Drouaises.
Arrivés sur place l’ambiance prend des teintes très particulières, couleurs sépia.

Le soleil se couche et pendant ce temps de l’autre côté de la zone, une Arcus monumental traverse le nord de la Beauce…

Voici l’un des nombreux clichés que l’on peut retrouver sur le net, celui-ci de météo78 sur Infoclimat

reportage complet ici


Ici l’ambiance est à l’aspératus, c’est probablement, les restes de cette supercellule qui désormais va rapidement concerner les Yvelines.

Avec une vitesse moyenne estimée de 60km/h il aurait été très difficile de se repositionner à l’avant…
On avance tout de même en direction de la Beauce car la fête n’est pas terminée…
Sur la route nous observons s’éloigner le sommet de cette magnifique supercellule .

Arrivés dans l’Eure et Loir tout s’enchaine à nouveau très vite et nous n’arriverons  à nous positionner à l’avant d’une autre supercellule, le temps de traverser la queue nord de cette autre SC (zone pluvieuse mais peu intéressante) nous l’observerons s’éloigner dans la Beauce du côté de Chateauneuf Thymerais

Uns séquence bien furtive mais appréciable même si il me reste un goût amer de chasse ratée…  

Sur le radar on peut observer un ultime split d’une petite cellule mais cela n’ira pas plus loin…

Sur notre retour nous observons de loin la supercellule qui aborde les Yvelines, la structure est saisissante !