De l’Eure à l’Yonne

De l’Eure à l’Yonne

  • Un an après les fameux 42 degrés records de fin juillet 2019 nous frôlerons avec de fortes valeurs thermiques pour cette fin juillet 2020.

Les prévisions prédisent38 à 40 degrés sur l’est Normand et les orages sont prévus éclater vers l’Orléanais et l’île de France mais finalement c’est dès la fin de matinée que les orages s’activeront vers la Touraine et ça , ce n’était pas vraiment prévu …
Ils remonteront rapidement vers l’Eure et Loire à la mi journée pour finalement concerner le sud de l’Eure en début d’après midi avec de beaux nuages asperatus à l’avant des orages .

Je pars avec Yann en direction de Verneuil puis Tillieres sur Avre , sur la route nous voyons des impacts en air sec , il nous faudra rapidement remonter vers Evreux en passant par Nonancourt pour pouvoir photographier quelques impacts.

nous nous installerons alors du côté de Corneuil dans la plaine de Saint André.
Plus au sud une petite cellule donnera encore des impacts dont deux assez proches même si la puissance électrique reste faible, je parviendrais à photographier ces 2 coups de foudre au sud de Corneuil.
L’air est tellement brulant que les rideaux de pluies sont transparents, il fait très sec en basses couches…
Puis en regagnant notre voiture petite arrestation (en règle !) de la bac, le temps de justifier notre innocence nous décidons de repartir vers Orléans pour intercepter une zone orageuse qui remonte du Massif Central, je pense qu’ils se dirigeront vers l’est du Loiret et l’Yonne évitant ainsi l’Orléanais.
Soit nous faisons demi-tours pour rentrer chez nous, soit nous tentons de pousser à l’est vers Auxerre, il y a discussion, hésitation…est-ce que les cellules qui remontent arriveront en bon état jusque là ?

Durant la route Yann nous dégotera un magnifique spot d’observation grâce à EletrIC d’infoclimat, une source de partages des lieux d’observations par les chasseurs d’orages.
https://www.infoclimat.fr/electric/point.php?id=1412
C’est assez pour me convaincre d’aller jusque dans l’Yonne, direction Joigny entre Sens et Auxerre où nous trouverons une magnifique petite ville et un spot d’observation idéal avec une vue imprenable au milieu du vignoble.

Sur place l’ambiance est encourageante, l’orage approche par le sud, je vois même un éclair  en arrivant mais le temps de s’installer c’est plutôt calme plat , on attendra au moins une demi-heure pour photographier les premiers impacts au loin au milieu d’une atmosphère sèche envahie de poussière et un vent soufflant parfois très fort, soulevant des tonnes de poussières sur les plateaux (parfois même des murs de poussière !) pendant ce temps le système orageux montrera rapidement une perte d’énergie avant de mourir juste devant nous à quelques 30/40km, frustrant…

Le fort vent d’ouest a probablement inhibé l’énergie disponible au sud des collines, on observera tout de même les derniers impacts de ce système mourant.

Il y aura une série d’éclairs ascendants sur les éoliennes, mais malheureusement la poussière et la distance amenuiseront la qualité des photos.

On profitera tout de même des couleurs du soleil couchant pour admirer la vue.

puis cela se réactivera un peu au sud est , malheureusement ça restera bien trop éloigné et faible.

jusqu’au moment où deux flash se produisirent dans notre dos, alors je cours aller voir ce qui se passe à l’arrière de notre colline pour trouver une vue dégagée vers le nord, ça flash fortement , c’est plus proche , Yann regarde le radar et verra la naissance d’une cellule au sud de Sens à 25km

vite, vite, il faut réinstaller en urgence le matos de l’autre côté de la colline, juste le temps de photographier 2/3  beaux ramifiés durant 15 minutes puis la cellule se désactivera aussi vite qu’elle est apparue…

Heureusement cela sauvera notre déplacement de justesse et se terminera ici, nous rentrerons satisfaits notamment grâce à la vue et à l’ambiance orageuse même si nous étions encore un peu loin de conditions idéales , peut-etre reviendrons nous une prochaine fois pour un meilleur potentiel ?

Perché dans l’Orléanais

Perché dans l’Orléanais

Ce 3 Juin 2020, 2 jours après le déconfinement des 100km nous décidons avec Yann de partir en direction du Belvédère de Nibelle près d’Orleans pour observer la dégradation orageuse qui marquera le basculement d’une météo durablement chaude et sèche (depuis mi-Mai), le flux tournera rapidement au nord mais en attendant l’air frais devrait butter sur l’air plus chaud au sud, en cours d’après midi des orages sont prévus entre Massif-Central et Bourgogne, c’est un peu loin et la fiabilité reste limitée …c’est surtout en fin de journée et nuit suivante que nous comptons sur un axe de convergence entre Orléanais et Beauce.
Sur la route en arrivant dans la Beauce, une première cellule sort du paquet orageux situé bien plus au sud, c’est l’occasion de s’arrêter pour observer au cas où elle aurait l’idée de s’électrifier, mais il ne s’agira que d’une averse modérée.

Nous arrivons au Belvédère vers 17h

Nous attendrons durant 2h au moins puis les choses semblent s’activer plus au nord avec les premiers gonflements qui deviendront de plus en plus denses jusqu’à activer les premiers cellule vers la Marne, Seine et Marne.

Vers Dreux  une cellule est également bien active, d’ailleurs la convection prend plus au nord que prévu ce qui placera toute la région Parisienne sous des orages non prévus par les différents organismes météorologiques.
Aux alentours de 20h la ligne convective S’organise dans tout le sud de l’Ile de France avec une activité électrique honorable, et même un tuba photographié par Christophe Asselin.

Au coucher du soleil cela s’active à l’ouest et au nord-ouest, puis également légèrement vers le sud-ouest, cela nous redonne un peu d’espoir pour la suite des évènements  puisque pour l’instant nous sommes trop loins !

L’activité devient

bien électrique, au nord se sont de vraies piles avec 2 flash à la seconde, mais très peu de foudre au sol, c’est souvent le cas lors d’une forte activation de type pile électrique au sommet du cumulo-nimbus.

On observera toute la soirée des départs supercellulaires avec des abaissements biens menaçants…

Puis quelques impacts finiront  par sortir du lot dont un joli positif assez puissant au nord-ouest d’Orléans.

Pour le reste nous n’observerons qu’un seul éclair ramifié et beaucoup d’inter-nuageux.

 

Mais les orages finiront par décliner vers minuit, le vent se lève, la pluie arrive, il est temps de repartir…