loader image

Le 18 Juin 2019 au soir plusieurs orages supercellulaires se sont développés depuis le sud-est Manche pour se diriger vers Vire puis la Suisse Normande et plaine de Caen.

Les indices orageuses sont très bons, particulièrement en terme d’intensité avec un cape autours de 2500 et une légère intrusion humide sur le nord-ouest, cela-dit, l’apport en humidité reste largement incertain, pour preuve la modélisation d’Arôme peu propice aux grosses cellules orageuses…

Reste l’espoir d’un CAPE plutôt élevé, synonyme d’un apporte en énergie suffisant pour produire de puissantes cellules.
Modele GFS - Carte prévisions

Il est désormais 20h et atmosphère reste bien sèche, mais certains reports évoquent la naissance de cellules orageuses du côté de Vire, il n’y a alors rien de visible encore sur le satellite ou les radars.
Je m’engage à observer en direction de l’ouest et là à ma plus grande surprise, je vois au loin de puissantes tourelles (cumulonimbus) vers la Basse Normandie, quelques kilomètres plus loin j’appelle Yann pour le rejoindre chez lui vers l’Aigle afin que nous partions illico-presto vers Argentan afin d’intercepter cette situation prometteuse.

Sur notre route nous apercevons alors une base supercellulaire très massive au loin. (aucun doute sur la nature de cette structure pour le coup…)
Le radar en témoigne:

 

Le temps de s’arrêter rapidement à Argentan sur un joli spot nous observons non pas une mais deux supercellules, à cet instant les réseaux sociaux signalent de gros grêlons sous l’une d’elles.

(C’est à l’ouest d’Argentan que nous trouvons un très beau point de vue, nous découvrons alors qu’une deuxième supercellule se forme par transfert d’énergie un peu plus au sud.)

La cellule la plus au sud prend de l’ampleur pendant que cette plus au nord vers le Calvados faiblit dans un spectacle de lumière très intéressant avec la conjonction du coucher de soleil.

Quelques minutes plus tard la supercellule plus au sud atteint son paroxysme, l’activité électrique n’est alors pas encore très marquée mais ne tardera pas à s’activer.

A l’avant de sa progression plusieurs impacts de foudre puissants ouvrent le chemin de la structure avec de forts courants ascendants sous la base ce qui peut nous faire rappeler certaines situations des plaines Américaines.

Le radar foudre à ce moment est particulièrement actif
Foudre archive

Et soudainement une cellule nait juste au dessus de notre position, quelques éclairs s’échappent du nuage.


Et tout se décalera au nord direction Lisieux et la baie de Seine en gardant des aspects supercellulaires, nous reprenons la route en direction de l’Eure avec en guise de fin une petite cellule près de l’Aigle.


Ces orages précèderont une canicule sévère.